Existing Member?

Cédric's Around the World Adventures Je pars en Asie pour 3 mois visiter le Vietnam, la Thailande, la malaisie, l'indonesie, l'Australie et le Japon...Tout un programme.

Sur le mont Batur

INDONESIA | Wednesday, 11 February 2009 | Views [4376] | Comments [5]

    Lors de mon tour à Ubud, j'ai mentionné la vue sur le mont et le lac Batur (prononcé « Batour »). Il s'agit d'une immense cuvette de verdure où l'on peut apercevoir des traces de coulées de lave lors de la dernière éruption. Oui, le mont batur est aussi un volcan qui culmine à plus de 1700 mètres. Même si il est toujours en activité, la dernière éruption date de 1998. Il est possible de faire un trek sur ce volcan de nuit pour arriver à l'aube et observer le lever du soleil avant de redescendre dans la plaine pour le milieu de matinée. J'ai essayé depuis Ubud et Kuta mais les prix annoncés étaient ridiculement élevés (entre 60 et 90 USD pour deux heures de marche et transport aller-retour vers et depuis le volcan) et il fallait aussi deux personnes pour y aller alors que j'étais seul.

A la fin de mon étape à Ubud et les liaisons ferrys pour Lombok étant interrompues je me suis mis en tête d'aller directement dans la région pour me trouver mon propre guide et obtenir un meilleur prix.

    Ayant manqué le dernier bus, j'ai pu louer une voiture privée pour me rendre dans la région pour 15 USD. Évidemment une fois sur place, le chauffeur s'est arrêté en plein village de Batur pour me demander où je voulais aller maintenant. Mon erreur : ne pas avoir négocié directement un prix pour me fire emmener jusqu'à l'hôtel. Le village de Toya Bungka se trouvant au pied du volcan était encore à 10 minutes de route sinueuse, le chauffeur me réclamait maintenant 5 USD de plus pour m'emmener. Un peu agacé de cette incessante tendance à vouloir tirer un maximum de la vache à lait touristique, je lui ai proposé de descendre et de me trouver moi même un transport jusque là bas ce qui l'a un peu calmé sur ses attentes. Je m'en suis donc tiré pour 2,5 USD... Sur place j'ai trouvé une chambre avec vue sur le lac. Le village était quasiment vide de touristes et contrairement à beaucoup de gens qui s'en plaignent, l'absence de touristes est aussi synonyme de beaucoup de nuisances: saleté des chambres, restaurants vides qui gardent leur nourriture au delà de la date de crémation (qui est bien après celle de péremption...), prix de transport élevé pour repartir, absence de commodité. La raison principale pour l'aspect désertique de l'endroit étant la saison des pluies.

    Dès mon arrivée, j'avais déjà sur le dos un guide qui m'annonçait des prix encore plus ridiculement élévés, allant de 35 USD pour une marche courte de 4 heures à 60 USD pour 6 heures. Considérant que j'étais bel et bien au pied du volcan, le prix du transport devait être quasi nul. Étant le premier guide que je rencontrais (il avait suivit la voiture de mon chauffeur jusqu'à l'hôtel), j'ai sortis mon « Lonely Planet » pour lui montrer les 18 USD annoncés pour la marche la plus longue. Il a alors commencé à me parler du prix du transport, de l'inflation, des répercussions tragiques des sub-primes sur ses stocl options causant un montée vertigineuse du prix des oeufs et autres produits de bases sans oublier le gouvernement qui se tapait la part du lion avec des taxes sur l'oxygène, l'eau courante, la nourriture pour canaris et son poisson rouge devenu adepte des drogues dures à qui il devait envoyer de l'argent pour survivre dans une prison indonésienne hostile. Dès que j'ai fait mine d'aller demander les prix ailleurs, il a commencé à baisser ses prix par lui même. Et quand un marchand baisse les prix deux fois de suite AVANT que vous ayez fait une autre offre, c'est un signe que vous pouvez aller beaucoup beaucoup beaucoup plus bas. En bon pigeon-touriste que je suis, je me suis arrêté entre le prix initial et le montant annoncé dans le « lonely planet », c'est à dire dans les 40 USD. J'ai découvert ensuite que d'autres sur le trek avaient payé 10 USD de moins avec trasnports aller et retour de 3 heures entre Kintamani et Ubud. Je suis sûr aussi que d'autres avaient payé plus mais je n'ai pas non plus eu envie de faire un sondage. Pourquoi parler autant d'argent dans ce post ? Après ces deux séries de négociations, j'étais dans un état d'écoeurement assez profond. De ce que j'ai pu expérimenter, les guides et autres chauffeurs n'hésitent pas à mentir outrageusement pour rouler les touristes avec des arguments et justifications toujours plus rocambolesques. Ce jour là, je l'ai beaucoup ressenti après Kuta, où le harcèlement était aussi incessant. Il fallait donc être intraitable sur les prix et connaître celui du marché courant qui lui même peut-être encore abaissé. Et même si je le savais à l'époque, j'étais en train de l'intégrer à un niveau de conscience encore plus profond.

    Le lendemain à 3h30 du matin, mon guide est venu taper à ma porte. Je me suis habillé et nous sommes partis sur sa mobylette au point de départ du trek. La route à la sortie du village de Toya Bungkha est très sinueuse au point qu'ils roulent extrêmement lentement. La route étant déserte à cette heure, ce fût un vrai régal de sensations fortes de monter et descendre dans cette suite ininterrompue de virages. Près de l'arrivée, nous avons fini par un tour dans un chemin boueux et caillouteux (toujours à deux sur la même mobylette et sans casque) pour se rendre au départ du trek. Une fois arrivée, j'ai sorti la lampe frontale de rigueur et remonté le zip de ma polaire (il faisait dans les 15 degrés) pour entamer la marche. Mon guide avait 10 ans d'expérience même si il avait à peu près mon âge et son pas était plutôt rapide et régulier. J'ai fait de mon mieux pour le suivre et nous nous sommes arrêtés a plusieurs reprises pour regarder la vallée éclairée par la pleine lune. Beaucoup de chiens errants se promènent dans les environs et accompagnent les groupes de marcheurs en espérant obtenir quelques miettes de leur petit déjeuner une fois arrivés en haut. L'ascension n'est pas vraiment difficile, n'importe qui en décente condition physique et respiratoires peut le faire. On marche sur un sentier un peu escarpé et caillouteux pour arriver après 2 heures marches au point de vue. Sur place, un petit refuge avec un aperçu sur le lac et le point le plus haut de l'Indonésie qui culmine à plus de 3200 mètres.

    Nous avons attendu le lever du soleil, ce qui était vraiment exceptionnel pour moi en dégustant le petit déjeuner préparés par les guides : sandwich à la banane frite et oeufs dures. A cause du ciel nuageux, nous n'avons pas vu grand chose du lever de soleil à part à quelques moments d'éclaircis que j'ai tenté de capturer avce mon appareil (un des essai est la photo en en-tête de ce post). Vous trouverez le reste des photos dans l'album « Kintamani ». Peu après la fin du lever, les macaques sont arrivés. Ce sont des singes qui vivent sur les sommets du mont Batur et viennent rendre visite aux touristes. S'en est suivi une bataille ouverte entre les chiens errants et les singes (videos disponible sur ma chaine youtube) . Ce fût assez divertissant. Là j'ai rencontré trois canadiens vraiment sympathiques avec qui nous avons fait un bout de promenade. Nous avons vu les différents cratères dont le plus gros qui datait de 1968. Il n'y a pas grand chose à voir dedans à part quelques fumées et vapeurs d'eaux chaude qui s'échappent de la terre par endroit. Nous avons cheminé sur quelques sentiers escarpés et entre deux nuages, nous avons aperçu un village sur le mont batur, à quelques centaines de mètres du dernier cratère de 1998. Les gens qui y habitent doivent évacuer leur village à chaque fois qu'une alerte volcanique est annoncée. Nous nous sommes arrêtés pour tester les sièges chauffants fournis par le volcan (littéralement le sol) et aussi faire durcir quelques oeufs à la vapeur chaude du cratère. Ensuite, nous sommes redescendu. Je suis ensuite allé passer l'après midi dans une source chaude qui offre une magnifique vu sur le lac Batur. Un vrai régal de détente de pouvoir déguster un petit cocktail de jus de fruits, dans un bon bain chaud devant le lac où on entend rien d'autre que le cri des oiseaux et de l'au de source qui coule...MIAM !

    En partant de la source, le propriétaire qui est assi chauffeur à ses heures perdues m'a annoncé que le ferry pour Lombok était maintenant à nouveau en service. Il a aussi ajouté qu'il pouvait m'y emmener pour un prix ridiculement élevé alors j'ai dit BANCO! et je suis partit pour Pandangbai le lendemain.

En route pour Lombok...

Cédric

Tags: bali, batur, indonésie, source chaude, trekk, volcan

 

Comments

1

Salut Copain !!!
tu rentres quand dans ta mère patrie ???
A+

Marc

  Marc Feb 20, 2009 4:18 AM

2

yo Marc,
Je rentre le 27 Février à 14h50 à Genève.
++

C.

  Cedric Feb 20, 2009 11:22 AM

3

Bonjour,

Je pars bientôt en Indonésie, et j'ai prévu également de faire ce trek. Est-il possible de le faire seul ou un guide est vivement conseillé?

Merci!

Pascal

  Pascal Apr 22, 2009 1:21 AM

4

Bonjour Pascal,

En fait un guide est conseillé parce qu'apparement l'associationd des guide tend à intimider (voire aggresser) les personnes qui veulent faire le trek sans payer. Ce n'est pas tres difficile a faire mais le plus gros danger serait l'asso des guides.
Pour le prix, payes aux evirons de 20 USD pour le trek long surtout si tu vas sur place (annoncé initialement a 60USD mais c'est du vol et au depart de Kuta Bali c'est 90USD et la c'est une arnaque).

Cédric

  Cedric Apr 22, 2009 2:11 AM

5

Merci beaucoup de ton retour Cédric!

Bien Cordialement,

Pascal

  Pascal Apr 23, 2009 12:16 AM

Add your comments

(If you have a travel question, get your Answers here)

In order to avoid spam on these blogs, please enter the code you see in the image. Comments identified as spam will be deleted.


 

 

Travel Answers about Indonesia

Do you have a travel question? Ask other World Nomads.