Existing Member?

A CHILE ..... Current destination: Chili for 6 months, let's see what happen //// Dernière destination en date le Chile. On verra ce qui se passe....

C COOL LA VIE!

CHILE | Tuesday, 28 September 2010 | Views [580] | Comments [4]

Le marché de Coquimbo

Le marché de Coquimbo

Après  avoir remonté plus de 13h de bus au total en remontant dans le Nord ; on est loin des températures d’été.

L’arrivée dans la région où vit Léo fut une belle claque.  Il fait froid, la nuit essentiellement, autour de 7 degrés, évidemment la maison ne possède pas de chauffage. Ca me rappelle mes nuits dans la caravane.  L’avantage ici c’est que l’isolation est tout de même de meilleure qualité.

Je sais que le printemps pointe le bout du nez et me console en voyant les journées ensoleillés et surtout je sais qu’ici il ne pleut jamais.

Nous sommes arrivés vers 3h du matin à Bahia Inglès, à 6 km de Caldera on aura donc parcourut 1 tiers du pays et ca correspond à 14h de bus.

On arrive dans la petite maison que Léo loue à titre gracieux à sa tante. La maison a pas mal de potentiel mais elle manque de vie. On dirait un hôtel un peu. Il y a 3 chambres  de bonnes tailles,  1 cuisine au bout d’une longue pièce à vivre avec une partie salon et une table ronde.  La salle de bain

La décoration fait vraiment  à l’ancienne avec des murs dont je ne pourrai pas donner la couleur, un mélange de rose et d’orange, ils  auraient besoin d’un bon coup de pinceau.

Et puis ça sent le vieux, la poussière semble avoir gagné le combat du temps.

Mais je sens tout de même, le potentiel derrière tout ça. Faire de cette maison un HOME SWEET HOME.

Aussi, on en profite pour faire le tour d’horizon, de nuit on ne voit pas la superbe Baie qui surplombe les environs et de loin il me montre Cultivo, la société pour laquelle il travaille à quelques 500 mètres de la maison.

 

Il m’aura fallut 2 jours pour venir à bout de la poussière et personnalisé l’ensemble grâce à un certains nombres d’éléments décoratifs que j’ai amené avec moi.

Après visite de Caldera, la ville où Léo a habitait tant d’année et ce, avant de se rendre en Nouvelle-Zélande, je me rends bien compte que l’ennui est au pied de la porte, à moi de la prendre à bras le corps.

Bahia Inglesa est une station balnéaire,  la saison arrivant à grand pas, un certain nombre d’activités vont s’ouvrir.

Moi qui ne supporte pas de ne rien faire il va me falloir aller au devant des informations pour trouver à m’occuper.

Le froid est lancinant par instant. 

Caldera …..un paraiso para descubrir y disfrutar… ;

Dieu à écouter mes prières et déjà depuis hier me donne la possibilité de sortir de ma mini-hibernation avec la sortie du soleil. Ce matin au reveil un petit jogging sur la plage avec le désert  au large en prime. Pas un chat sur cette plage qu’est-ce que j’aime, pas un touriste pas même un local. Que des mouettes et des restes de crabes qui en constituent leur déjeuner.

C’est la première fois que j’assiste à cette vue depuis mon arrivée à croire que j’avais fermé les yeux où que je ne me préoccupais que de l’absence du Soleil.

J’ai perdu la notion du temps ici, vraiment.  La vue est splendide aujourd’hui, je me sens privilégiée, contempler ces eaux turquoises avec le désert au large, c’est assez insolite. Une telle beauté devrait être interdite. Je trouvais juste une peu dommage d’en profiter seule. Si le vent pouvait disparaître je me sentirai juste au paradis. Et puis les mouettes perchées sur les rochers.

Il y a 1 heure, Léo m’a fait livrer par le chauffeur de Cultivo, sa société une cagette de petits animaux, des crabes. En me passant le message de m’en occuper pour le dîner. Apparemment, il n’y a qu’à les faire bouillir. Qu’est-ce que c’est mignon ! Ce ne sont pas des fleurs mais bon c’est l’occasion d’apprendre à cuisiner la bête.  

Heureusement qu’il y a Internet pour me filer un coup de main. 

Les plongées vivants dans l’eau bouillant ne fut pas sans peine, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs reprises. Je me suis servis de 2 cuillères en bois géantes pour les saisir car il était hors de question de les prendre avec mes doigts  (et s’ils me pinçaient).  Je criais comme une folle et partait en courant quand l’un d’entre eux est tombé et qu’il m’a fallut le récupérer et l’amener dans cette piscine pour y finir ses jours.

Je suis allée à la Bibliothèque hier et j’ai discuté avec un bel oiseau chilien qui m’a proposé de (me donner le contact d’une femme Gigi Ramirez, qui gère tout l’aspect sociale et communautaire de la ville de Caldera.   Il me conseille de lui faire parvenir un CV et un courrier pour lui expliquer ce que je souhaite faire.

L éo m’indique qu’il l’a connait et aurait ses coordonnées même s’il a l’air de ne pas beaucoup l’aimer. Il semblerait qu’elle profite du système social pour allégrement bénéficier d’avantages normalement réservé aux personnes en difficulté. L’avenir nous dira ce que ce contact donne.

Son boss voudrait me rencontrer également, mais vu mon espagnol pourrit j’ai envie d’attendre un peu, histoire de ne pas me griller. Je sais que vu la taille des 2 villes, les contacts ne sont pas hyper variés donc je profite de mes petites semaines de vacances pour m’acclimater et être plus à l’aise en espagnol ;

 D’ailleurs, seulement quelques heures après avoir mis une annonce à l’hypermarché de Caldera je reçois un appel d’un type qui souhaiterait prendre des cours d’anglais.  Qué bueno !

Il fait que je réussisse à me constituer un petit groupe pour occuper mes après-midis. Et en discutant avec le chauffeur de taxi un chilien d’origine Yougoslave il semblerait qu’on pourrait en individuel faire un échange apprends moi l’espagnol et je t’apprends l’anglais. C’est encourageant tout ça.

 

Vendredi après mes 35 min de traversée du désert en courant, j’atteris au travail de Léo où je suis présentée à la totalité des employés. 

Un certain nombre de péruviens aussi qui bossent dans la société depuis  quelques années.

Aussi son boss m’accueille à l’arrivée, ce qu’il ne me dit pas tout de suite et  je me sens très vite mal à l’aise vu mon accoutrement, caleçon de sport, bien suante, bien puante.  La honte !

Et pire encore quand Léo m’indique que je nous sommes invités le lendemain pour son BBQ anniversaire à Copiapo. Passés ma gêne, je m’entretiens rapidement avec ce dernier par rapport à mes projets dans la Région en ce qui concerne le travail.

Je lui indique que je ne tiens pas spécialement  à travailler dans le privé en sous –entendant leur société, je recherche plus des activités de travailleur social.  Il m’indique qu’il a un certains nombres de personnes avec les quelles ils pourraient s’entretenir pour  m’aider.  Il connaitrait même le boss de cette fameuse Gigi Ramirez. Je me dis que cette ville est tellement petite que tous se connaissent.

Affaire à suivre.

Le lendemain  Juan, collègue de Léo vient nous chercher dès 8h30 avec ces deux filles de 9 et 13 ans pour nous rendre dans cette espace avec piscine, musique et BBQ. C’est hyper sympa.

Elles m’enchainent en espagnol en supposant queje pige 100% de ce qu’elles me disent. Elles sont mignonnes comme tout et comme le veut l’habitude elle m’appelle Tia, Tata en signe de respect.  A la fin du trajet, j’en ressors  bilingue.

Une fois encore c’est la fête de la VIANDE !  Pleins de sortes différentes avec une préférence pour le porc. Hum qu’est-ce que c’était bien préparé. Désolé pour les musulmans !

Et on m’enchaîne en chilien et j’insiste sur le mot chilien et pas espagnol car leur espagnol n’est pas de très bonne qualité, ils utilisent beaucoup d’argots, bouffe les ¾ des mots. A la fin de la journée, je suis contente de mes progrès.

Ca se finit en boîte de nuit où nous partons vers 1h du matin. Le boss de Léo se dévoue pour me faire danser sur de la salsa et du merengue, à la fin plus d’énergie ou presque. Quel danseur !  Heureusement que lui et sa femme et d’autres collègues étaient là pour relever le niveau de Léo qui ne sait pas mettre un pied devant l’autre en ce qui concerne la Danse, le pauvre n’a vraiment aucun rythme en ce qui concerne la danse. Au début ça me donnait envie de pleurer maintenant je me fais une raison.  Heureusement il a bien d’autres qualités !  

Le Dimanche après moins d’une heure de bus, nous revoilà sur la plage de Bahia Inglesa sous un soleil resplendissant à patienter en attendant le coucher du Soleil d’un rouge éclatant sur la Baie.

 

C’est cool la vie…..

Comments

1

Tu l'a dit " c'est cool la vie". Profotes en un maximum, ça passe tellement vite. Bisous prima...

  Sylvie Sep 29, 2010 6:11 AM

2

Si si
Voy a aprovechar de todo los momentos en este pais. La vida es corta. CARPE DIEM est le mot d'ordre!

  dkky Oct 1, 2010 7:10 AM

3

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiii pour se livre Ma Grande soeur on a le sentiment d'être avec toi. Apprends lui a dansée mdr. Bisouuuuuuuuuuuuuuu

  Titelle Oct 5, 2010 2:11 AM

4

Tu t'imagines pas comme c'est la détresse. Aucun rythme ndésanne!!
T'inquiète les cours ont déjà commencé, on commence sur du Soukouss pour détendre les muscles des hanches, on finira par du Hip Hop quand il aura compris comment mettre un pied devant l'autre..... AH la la, je suis mal barrée!

  dkky Oct 5, 2010 7:06 AM

Add your comments

(If you have a travel question, get your Answers here)

In order to avoid spam on these blogs, please enter the code you see in the image. Comments identified as spam will be deleted.


About dkky


Follow Me

Where I've been

Photo Galleries

Highlights

My trip journals


See all my tags 


 

 

Travel Answers about Chile

Do you have a travel question? Ask other World Nomads.